Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la véritable histoire de jeannot parpaing...

Je vais vous raconter la véritable histoire de Jeannot Parpaing.

Beaucoup d'entre vous pensent que c'est une légende urbaine, un mythe pour nous faire peur... Non ! Jeannot Parpaing a existé, je l'ai connu !

.

Le bon jean est arrivé à Hondschoote un mercredi soir, un soir d'hiver froid et rude. Avec son frère Eloi, ils sont apparus dans l'entrebâillement de la porte de la salle Colas, presque timidement. Jean avait plus que les bases au badminton, pas encore impressionnant, mais il avait déjà l'œil fin, l'analyse du match, le conseil avisé...

.

Le bon jean s'entrainait dur, physique, mental…Et le shadow Haaaa, le shadow...il aimait le shadow, et le shadow lui rendait bien. Un soir, Jean nous a présenté Virginie...Elle l'aimait d'amour son Jean. D'amour et d'eau fraiche ??? Non! D’amour et de Shadow ! tout les six mois, il fallait refaire le traçage des terrains ! Tout autant assidue que lui, la pauvre usait plus de semelles que de cordes !!! Mais c'est ça l'amour...Elle ne le quitta plus.

.

Pour notre Jeanjean, l'entrainement payait. Les déplacements devenaient de plus en plus vifs, les frappes de plus en plus lourdes, l'instinct du tueur ! C’est qu’en R2 à l’époque, il en fait pleurer plus d’un… Jusque à cette frappe, la frappe de trop, le smatch assassin...

Ce soir là, il était en forme, bien échauffé par...le shadow. Les smatchs partaient bien comme il faut...bien comme il les aimait. L'adversaire du soir avait déjà perdu un poumon et la jambe gauche (on lui a remis comme on a pu, mais il n’est plus jamais revenu par la suite). Les points s'enchainaient, on était à 129 - 6 pour Jeanjean (oui oui, les matchs en 21 points allaient trop vite).

Les frappes se suivaient, jusqu'a ce smatch...Personne ne sait vraiment comment JeanJean a pu rater le terrain. Ni même comment Jeanjean a pu rater...le sol ! C'est parti droit ! tout droit ! A plat! Fort, très fort, direction le mur du fond ! Le mur. Ce mur. Il arrêterait bien le volant non !? Un parpaing de 20 cm de large...Paix à son âme. Ce parpaing n'est plus de ce monde.

Ca n'était plus possible, on l'aimait bien notre JeanJean, mais là ! C'en était de trop. Il ne restait plus que 5 adhérents dans le club. Tous les autres avaient perdu un membre, un oeil, une dent...j'ai moi même changé 17 fois de cordage dans l'année avant d'opter pour du grillage !!!

.

Alors on s'est mis en quête d'un club qui voudrait bien accueillir Jeannot Parpaing... La rechercher fut longue, ça nous fendait le cœur...Oyonnax finit par accepter ! Au début, il a joué un peu au rugby, ils sont d’ailleurs monté dans le top 14 grâce à lui ! Mais la fédé de rugby a finit par refuser de le laisser transformer les pénalités à grand coup de raquette...Alors il a repris le badminton. Et la fédé d’ailleurs,tout comme Virginie Shadow… Ils sont heureux maintenant dans l'Ain, Jeannot parpaing et Virgine Shadow.

Jeanjean travail dans le bois, ses employeurs ont affuté un cadre de raquette très très finement, et il abat des forets en frappant fort, très fort à la base du tronc.

Virginie travail dans une communauté de commune. Ils ont été sympas, ses chefs lui ont donné une grande pièce, et mis des roulettes sous son bureau et sous sa chaise. Ainsi elle travaille ses dossiers, de gauche à droite, d'avant en arrière, toujours en pas chassés…

.

Voilà amis badistes, la véritable histoire de Jeannot Parpaing. Depuis, le calme est revenu à hondschoote, le mur du fond a été refait, et les oies flamandes sont contentes ne plus y laisser leurs plumes…

.

Cependant, on a toujours une pensée pour nos amis partis loin de chez nous, et une larme nous glisse souvent sur la joue quand on repense à JeanJean et Virginie…

Tag(s) : #infos

Partager cet article

Repost 0